Canoe « Hôtel 54: la mort vous va si bien »

Hôtel 54: la mort vous va si bien (2) | Destinations | Québec | Voyages | Canoe.ca.

 

Il faut rouler un peu plus d’une heure à partir de Montréal, s’arrêter au milieu des champs montérégiens de Sabrevois, devant une bâtisse délabrée, rassembler son courage, puis franchir les portes sombres pour se retrouver dans l’ambiance mystérieuse et insécurisante de la plus grande maison hantée du Québec. Bienvenue à l’Hôtel 54.

C’est Marla, une zombie aux yeux verts fluorescents portant une cape noire qui nous fait faire, moins de 30 secondes après notre entrée dans l’Hôtel 54, notre premier (mais non le dernier!) sursaut de la soirée en nous fixant de façon insistante à moins de trois centimètres du visage.

Et c’est là que l’aventure commence puisque dès notre arrivée, on nous mène dans le labyrinthe hanté qui nous fera côtoyer pendant plus de 30 minutes une douzaine de morts peu sympathiques qui veulent notre peau. Il nous faut bien du courage pour finalement entrer dans l’étroit corridor qui nous mène dans différentes pièces dans lesquelles nous avons le «plaisir» de rencontrer des sorcières venues de l’au-delà, un médecin occupé à dépecer un patient, une fillette décédée, un chien enragé, un zombie qui aimerait bien nous transformer en collation et un Jason masqué des plus terrifiants.

Et le labyrinthe hanté porte bien son nom: à certains moments, l’obscurité est totale et il faut trouver son chemin à tâtons à travers un dédale de murs pendant qu’on ne sait qui (ou quoi) nous attrape les mollets ou nous souffle près de l’oreille, ce qui créé des moments franchement angoissants.

On finit de peine et de misère le labyrinthe, complètement épuisées par toutes ces émotions. Puis on est plutôt fières de nous puisqu’en sortant, on apprend que depuis son ouverture, en 2009, le labyrinthe hanté a couronné 362 «poules mouillées», des adultes pour la plupart, qui n’ont pas été capables de terminer la visite et qui ont demandé de sortir avant la fin.

 

Comments are closed.